Editorial

La commune au coeur

Au mot crise, qui s’installe dans nos pensées depuis plusieurs années, il est nécessaire d’opposer le mot Solidarité. Le monde est en mutation, et cela concerne aussi bien l’organisation de la République que nos vies quotidiennes. Devant ces bouleversements, le repli sur soi est une tentation. Le passé nous démontre que cette attitude n’a jamais résolu de crise, n’a jamais porté l’espoir de l’avenir.

Une commune en mouvement

Depuis quatre ans, la Commune propose

  des nouveaux services aux habitants (la garderie et les transports en commun entre autres)

  une identité renouvelée (« Succieu, la Commune Nature »)

  un outil rénové d’animation de la vie communale (la salle des fêtes)

  un projet de développement (le Plan Local d’Urbanisme)

  un positionnement nouveau à l’échelle intercommunale (la CAPI).
C’est le résultat du travail mené dans le mandat précédent, et chacun des élus qui y a participé doit en être remercié.

Collégialité

L’année 2014 a vu un profond renouvellement de l’équipe municipale. 15 élus sont désormais au travail pour 6 ans, représentant l’ensemble des habitants de la commune, dans toute leur diversité. Depuis un an, nous avons appris à nous connaître et nous nous sommes construit une méthode pour conduire les projets. Dans le contexte de la réforme territoriale et de la baisse des dotations de l’Etat, voire de son désengagement par des services de plus en plus réduits, le travail est plus complexe encore. La collégialité est, à l’échelle communale, la méthode choisie pour y faire face. Et à l’échelle intercommunale, la démarche engagée avec nos voisines du Val d’Agny sur le Projet Educatif Territorial montre que la solution est là aussi collective.

cœur de commune

Parmi les projets, il y a la rénovation des services publics au centre du village. Des locaux scolaires modernisés et agrandis, une mairie accessible, en un mot un cœur de commune. Ce travail là est désormais engagé.
Si un projet se construit sur plusieurs mois, la commune, elle, se gère tous les jours et la succession des petites choses finit par faire une belle rivière. Le bien vivre au quotidien, c’est aussi le projet pour les années à venir. Le respect des autres et de soi-même, la confiance et la solidarité prennent là tout leur sens. C’est l’engagement des élus, c’est aussi celui des bénévoles qui animent le tissu associatif. Ils méritent d’être salués, tant leurs efforts pour l’enfance, le sport, la culture, et plus globalement le lien social est important. Ce peut être aussi l’engagement de tous les citoyens. Parce que nous partageons le même espace, que ce soit un hameau, une commune ou un territoire plus vaste. Parce que nous partageons aussi la même devise : Liberté-Egalité-Fraternité.

Didier Bouillot, janvier 2015

SECURITE ROUTIERE.

Il me paraît nécessaire de réaffirmer la nécessité d’une prise de conscience par tous et toutes de cet impératif. Parce que le besoin de sécurité routière a évolué. Parce que les réponses sont longues et parfois coûteuses. Parce qu’enfin le comportement au volant traduit aussi le comportement dans la vie.

Le besoin de sécurité routière :

Sur les 17 km de routes de Succieu, la circulation a fortement augmenté ces dernières années. La hausse de la population, donc du nombre de voitures, et les nouveaux itinéraires empruntés par les habitants des communes voisines, expliquent ce phénomène. Aujourd’hui les enfants jouent de plus en plus en bordure de route dans les secteurs urbanisés qui se sont agrandis et multipliés. Les voies se partagent aujourd’hui plus qu’hier : les voitures, les engins agricoles, les cyclistes, les motos, les cavaliers et bien entendu les piétons, auxquels s’ajoutent les animaux domestiques qui parfois s’échappent de leurs enclos, et les animaux sauvages qui évoluent par nature en liberté. Les risques se sont accrus et nous devons tout faire pour réduire la probabilité d’un accident grave.

Les réponses mises en œuvre :

Nous avons en 2011 fixé un premier objectif : limiter à 50 km/h la vitesse sur l’ensemble du réseau communal. Nous avons en 2012 mis en place la signalisation pour imposer cette règle dans tous les hameaux. Nous avons, lors des chantiers de Buffières ou du virage du Goulet, pris en compte cette question par le marquage au sol ou la signalisation. Nous étudions, pour les prochains aménagements de voirie, les différents moyens pour mettre en place des systèmes de ralentissement à la fois efficaces et compatibles avec les besoins des différents utilisateurs. Au Javet et au Genevey, des sens prioritaires apparaissent comme la solution la plus appropriée. La portion allant du Grand Verger au Gapillon et à Longeville s’avère de plus en plus dangereuse. Le carrefour de La Garine n’est plus en pleine campagne et nécessite un aménagement. Tout cela représente un supplément considérable au budget consacré à la voirie. Et nous devrons prendre en compte ce facteur pour la programmation des travaux annuels. La question n’est plus quel secteur protéger, mais plutôt quel secteur aménager avant l’autre ?

Du comportement au volant :

La voiture n’est pas qu’un moyen de déplacement. C’est le reflet d’une personnalité. Une conduite calme, posée, ralentie, témoigne d’une maitrise de soi, mais aussi du respect de l’autre, celui qui est partage la route avec nous. Et parce qu’une telle conduite est aussi économe en euros comme en CO², elle témoigne aussi du respect de l’environnement. Je l’écris d’autant mieux que j’ai, moi aussi par le passé, roulé trop vite, pressé par le temps, par le retard pris au départ pour me rendre au travail, par la distance, par le stress du programme chargé de la journée.
Aucune de ces raisons n’exonère du respect du code de la route.
Aussi je pose la question : est-ce pour être pressé par le temps que nous habitons Succieu, ou pour le calme de sa campagne, la tranquillité de ses hameaux, la beauté de ses paysages ? Sachons ralentir, prendre le temps de nous croiser, de nous saluer (sans lâcher le volant !) et non seulement nous réduirons ensemble les risques d’accident, mais nous construirons une commune accueillante et conviviale, une « Commune Nature ».

Didier Bouillot

la-mairie-de-succieu-au-village